top of page
Rechercher

Une solution simple et incontournable pour payer moins d'impôts l'année prochaine!!!



Après la campagne de déclaration des revenus, maintenant que vous savez quel (lourd) montant d’impôt vous allez payer, c’est le moment opportun pour se pencher sérieusement sur une question cruciale : comment réduire son impôt sur le revenu l’an prochain ? Si vous cherchez une solution efficace, le Plan d'Épargne Retraite (PER) se présente comme une option idéale pour faire d'une pierre deux coups : réduire son impôt et préparer sa retraite.


La campagne de déclaration des revenus est désormais close


En règle générale, la campagne de déclaration des revenus ne devrait pas engendrer de grosses surprises, car l'impôt dû est généralement déjà réglé grâce au prélèvement à la source. Ce mécanisme permet de payer l'impôt de manière progressive tout au long de l'année, en fonction des revenus perçus.


Après votre déclaration, le montant d’un solde à payer vous a été indiquée si le prélèvement à la source n'a pas couvert la totalité de l'impôt dû. Quoi qu’il en soit, l’avis d’imposition que vous recevrez cet été vous rappellera le montant total de l’impôt dû sur l’année, ainsi que le solde à payer pour les contribuables dont le prélèvement à la source n'a pas été suffisant pour régler l'intégralité de l'impôt réellement dû.


Vous ferez peut-être grise mine lorsque vous constaterez le montant d’impôt à (encore) payer. Mais dans d’autres cas, les contribuables ont veillé à déclarer les réductions d'impôt auxquelles ils ont droit. Cela implique de déclarer des dépenses ou des placements éligibles à des avantages fiscaux, comme les dépenses liées à l'emploi d'un salarié à domicile, ou à des investissements dans des dispositifs de défiscalisation tels que les investissements locatifs ou les investissements dans les PME. Ainsi, ils réduisent le montant de leur impôt à payer ou augmentent le montant du remboursement auquel ils ont droit.


Parmi les solutions pour payer moins d’impôt, le Plan d’Epargne Retraite (PER) est une option judicieuse qui offre un double avantage : réduire son impôt et préparer sa retraite.



Payez moins d’impôt dès l’année prochaine avec le PER


Le PER est une option judicieuse pour à la fois se constituer un complément de revenu pour la retraite et réduire son impôt à payer. En effet, les versements effectués dans un PER sont déductibles du revenu imposable dans la limite d’un plafond. Cela diminue ainsi l’impôt à payer l’année suivante sur les revenus de l’année en cours. Autrement dit, les versements effectués dans un PER dès cette année diminueront votre revenu imposable, ce qui sera perceptible au niveau de vos impôts en 2025 quand vous aurez à déclarer vos revenus de 2024.


L’économie d'impôt issue des versements est proportionnelle à la tranche marginale d'imposition (TMI). Plus l'épargnant est imposé, plus l'avantage fiscal est important. Pour un versement de 5 000 € dans son PER, l’épargnant profite d’une économie d’impôt de :


• 2 250 € dans la tranche à 45 %,

• 2 050 € dans la tranche à 41 %,

• 1 500 € dans la tranche à 30 %.


En investissant dans un PER, vous bénéficiez donc d'un double avantage : vous vous constituez une épargne pour votre retraite tout en réduisant votre impôt sur le revenu.



Comment fonctionne le PER ?


Le PER permet de se constituer une épargne investie dans différents supports, les mêmes que ceux proposés dans un contrat d’assurance-vie. Ainsi, à l’image de l’assurance-vie, le PER offre la possibilité d’investir selon son aversion au risque, du support à capital garanti (le fonds en euros) aux supports plus risqués mais plus rémunérateurs (private equity, ETF, immobilier…).


Vous pouvez investir en gestion libre, vous faites dans ce cas votre propose choix de supports (vous pouvez par exemple tout mettre en fonds garantis ou au contraire investir en fonds actions), ou en gestion déléguée en choisissant un profil type (prudent, équilibre, dynamique, audacieux).


Toutefois, et contrairement à l'assurance-vie, le PER est conçu spécifiquement pour la constitution d'une épargne en vue de la retraite. Vous ne pourrez pas récupérer l’épargne investie dans le PER avant l’âge de départ à la retraite, sauf cas de déblocage anticipé suivants:


  • Invalidité (vous, vos enfants, votre époux ou épouse ou votre partenaire de Pacs)

  • Décès de votre époux ou épouse ou de votre partenaire de Pacs

  • Expiration de vos droits aux allocations chômage

  • Surendettement (dans ce cas, c'est la commission de surendettement qui doit faire la demande)

  • Cessation d'activité non salariée à la suite d'un jugement de liquidation judiciaire

  • Acquisition de la résidence principale (sauf pour les droits issus de versements obligatoires).


Au final, le PER fonctionne comme une assurance-vie en termes de diversité des supports d’investissement disponibles, mais avec une fiscalité et des contraintes de disponibilité spécifiquement adaptées à la constitution d'une épargne retraite.



Blocage jusqu’à la retraite : une contrainte mais surtout une nécessité


Le contexte actuel ne souffre d’aucune ambiguïté : de moins en moins d’actifs, de plus en plus de retraités, qui vivent de plus en plus longtemps avec des coûts qui explosent, et un Etat qui creuse ses déficits, a besoin d’argent et lorgne sur les pensions de retraite : épargner pour se constituer un revenu complémentaire devient donc une nécessité absolue.


Ainsi, la contrainte du PER, le blocage pour la retraite, peut devenir un atout : elle vous force à épargner pour cet objectif et vous permettra ainsi de ne pas subir une trop forte chute de vos revenus à la retraite.


Plutôt que d’investir dans un contrat d’assurance-vie, que vous utiliseriez à votre retraite, le PER permet donc en plus de défiscaliser. En payant moins d’impôt, vous augmentez donc votre capacité d’épargne. Plutôt que de verser 1000 € dans un contrat d’assurance-vie, vous versez 1 500 € dans un PER.


Si vous faites cela chaque année, vous aurez un capital très important à la retraite, supérieur à ce que vous toucheriez en assurance-vie même en prenant en compte la fiscalité des rachats, plus douce dans le cadre de l’assurance-vie.


Combien verser sur son PER ?


En premier lieu, cela dépend de vos objectifs de retraite et de votre capacité d’épargne mais aussi du plafond de déductibilité maximale des versements.


Pour les salariés, le plafond de déduction est calculé selon deux méthodes (le montant le plus avantageux sera retenu) :


• 10 % du PASS de l’année précédente (4 399 € en 2024),

• ou 10 % de vos revenus dans la limite de 8 fois 10 % du PASS de l’année précédente.


Pour les travailleurs non salariés (TNS), le plafond est calculé de la manière suivante :


• 10 % du bénéfice imposable dans la limite 37 094 € (8 fois le PASS 2024), auxquels s’ajoutent 15 % de la fraction du bénéfice imposable comprise entre un et huit PASS 2024, soit 46 686 €. Au global, les versements sont déductibles dans la limite d’un montant maximum de 85 780 €.

• ou, si plus favorable, 10 % du montant annuel du PASS 2024, soit 4 637 €.


Ces calculs, l’administration fiscale les fait pour vous. Le montant des plafonds d’épargne retraite sont mentionnés dans votre avis d’impôt. Ainsi, le plafond de déduction qui sera applicable aux cotisations versées en 2024 figurera sur l’avis d’impôt sur les revenus 2023 que vous recevrez cet été.


S vous effectuez des versements dans un PER en 2024, les montants seront pré-remplis dans la déclaration de vos revenus de 2024 que vous aurez à renseigner l’année prochaine, dans la rubrique « Charges déductibles », puis « Epargne-retraite ».




DIEM Geoffrey

Conseiller en Gestion de Patrimoine

Cabinet Diem Conseil & Patrimoine  


"Profitez du moment présent pour investir dans votre avenir"


Tel: 07 72 21 43 61

6 vues0 commentaire

Yorumlar


bottom of page